Communicate with the sun in you

Le livre

“L’Etre en Devenir, Créer consciemment sa Vie”

Alain Giger


Le livre d’Alain Giger “L’Etre en Devenir , Créer consciemment sa vie” est disponible notamment sur Amazon ou en librairie (ISBN 978 172 310 4435).

Ce livre reprend notamment une partie des thèmes présentés aux séminaires et explique plus précisément les processus de création et de guérison.

En introduction voici les 2 premiers chapitres.

Alain Giger reste à dispostion pour répondre à vos questions qui penvent être envoyées aussi par email.


Mot de l’auteur

 

Depuis mon adolescence l’inexplicable et l’invisible m’ont toujours passionnés. Tel l’air invisible remplit subtilement l’atmosphère et sans lequel notre organisme n’arrive pas à survivre plus de quelques minutes, telle la vie est nécessaire pour vivre chaque instant, chaque seconde. Ainsi j’ai compris beaucoup plus tard que c’est en finalité la vie et son fonctionnement qui m’ont toujours passionnés, nous même en réalité.

 

Ayant moi-même fait des études dans l’informatique, puis des décennies durant ayant travaillé dans le hi-tech, je remarque comment les meilleures technologies connues n’ont aucune chance de concurrencer la  grandeur, la beauté et la performance de tout être vivant sur cette planète.

 

Quelle « technique » se cache derrière toutes ces merveilles qui nous entourent chaque jour et dont, très malheureusement, nous ne remarquons même pas une infime partie de la magie. Celle-ci étant simplement acceptée et vue comme étant normale, naturelle.

 

Ors c’est justement dans la nature que se trouve la vie, dès lors il faut s’en rapprocher si nous voulons la comprendre, nous rapprocher de nous.

 

Je dis régulièrement que, dans ma vie, j’ai été, j’ai fait et j’ai finalement eu tout ce que je voulais être, faire et avoir. Mais comment, par quel tour de magie cela a-t-il pu être possible ? Ayant désormais placé mes objectifs beaucoup plus haut, il me fallait moi-même être au clair du comment, connaître le processus pour pouvoir y travailler consciemment afin d’atteindre quelque chose de bien plus grand et bien plus élevé, d’illimité.

 

Car je ne crois personnellement pas à ce que l’on appelle communément le hasard. Je crois par contre à la cause et à l’effet et surtout à nos pouvoirs de création, qui créent et provoquent ce que l’on appelle communément le hasard. Hasard qui n’en est ainsi plus un et qui est, à mon avis, un effet.

 

Action et réaction diraient certain. Oui, aussi. Je m’exprimerais plutôt dans un processus création et action, ou réaction. Un cycle qui recommence sans cesse, notre action ou réaction représentant l’expérience qui sert de base soit pour recréer la même chose soit une autre selon notre décision.

 

Ainsi un objectif ambitieux de ce livre est de reconnaître nos pouvoirs et coment nous les faisons fonctionner. Il se veut être un court mode d’emploi de la merveilleuse machine humaine et de tout ce qu’elle peut créer.

 

Je veux ainsi me joindre à tous ceux qui cherchent à développer notre conscience et dès lors qui font la promotion du bonheur de tout, tous et chacun qui est en fait notre objectif final.

 

Car je pense qu’en finalité nous re-cherchons tout simplement à être ce que nous sommes à l’origine, heureux. “En Or”, pur Energie, pur Amour, Lumière et Joie.

 

Bienvenue dans notre plus grand présent, qu’est la vie. La vie que vous êtes, que nous sommes tous et dont je vais essayer d’expliquer le fonctionnement tel qui m’a été donné de le comprendre et au mieux qu’il m’est donné de le faire.

 

Puisse ce livre vous rappeler quelques outils clefs qui vous sont offerts pour atteindre le bonheur qui vous est le plus cher. Sans limites aucunes.


 

Chapitre 1   Introduction

 

Partons de l’hypothèse qu’au commencement rien n’existe. Décrivons ce rien dans un premier état de non-manifesté, rien est ainsi dans notre hypothèse non-manifesté, il n’existe pas encore au niveau de notre perception. Nous l’appellerons âme.

 

Acceptons que ce rien, non-manifesté, devienne quelque chose. Quelque chose devient ainsi l’opposé de rien. Dans notre hypothèse il devient, il est, le manifesté, il existe en tant que quelque chose de perceptible. Nous l’appellerons esprit.

 

La question est alors de savoir comment rien est devenu quelque chose.

 

Selon l’avis de l’auteur c’est un choix. Un choix de création. L’âme, infinie et sans limite, choisit de se connaître finie et limitée, elle choisit une expérience. Pour ce faire elle crée une énergie subtile, qui pourra dès lors être modulée à volonté.

 

Ainsi notre âme qui est à l’origine non-manifestée, infinie et sans limite, choisit de savoir ce qu’elle est, ou plutôt ce qu’elle n’est pas, et par ce choix l’esprit, le manifesté, est créé.

 

L’esprit dès lors donne les formes finies et limitées par le choix des différentes expériences et besoins. Il est l’énergie subtile qui se module et se condense, se concentre, par étapes et à volonté car sa source est illimitée.

 

Dès lors pour faire ses expériences, l’esprit crée l’univers et tout corps dans celui-ci, toujours par une concentration d’énergie, par condensations successives.

 

L’âme est dans ce contexte la mère divine de toute chose, le creuset vide, le non-manifesté.

 

L’esprit est lui toute chose de la création, le père peut-on dire de tout le manifesté.

 

Tout corps est créé par l’esprit dans l’âme.

 

L’humain est ainsi, comme toute chose, la trinité du corps créé par l’esprit dans l’âme. La condensation successive d’énergie créant nos différents corps subtils et immatériels, puis physique, matériel.

 

A la base nous sommes personne, et donc rien, l’âme dans ce court développement. En sachant que nous sommes personne, donc rien de manifesté, nous devenons quelque chose, quelque chose de manifesté. Quoi exactement ? Ce que nous savons, ou pensons savoir, être, l’esprit dans cette explication. Dès cet instant magique, ce moment présent, nous devenons et sommes qui nous pensons être, car l’esprit sait qu’il est, ou pense être.

 

Pour terminer ce court développement dans la compréhension de l’auteur :

  •  L’Âme est le Tout non-manifesté. La Mère qui possède le potentiel de Tout
  •  L’Esprit est le Tout manifesté. Le Père qui est Tout
  •  Le Corps, tout corps dont l’univers est un exemple, est partie limitée du Tout

 

Ainsi l’Esprit crée sans cesse et constamment qui ou quoi il pense être, sans limites aucune.

 

Tel nous sommes, tels nous créons et nous nous créons.

 

***   ***   ***   


L’âme crée ainsi via l’esprit tous les corps physiques pour faire des expériences. Comme un cuisinier ne pourra connaître le goût du gâteau qu’en le cuisinant puis en le dégustant, l’âme et l’esprit ont besoin des corps physiques pour expérimenter le plan matériel. Sans corps l’expérience reste au niveau théorique.

 

Ainsi dès le réveil, le réveil de l’âme dans un corps d’humain, celle-ci va rechercher à vivre une belle expérience. Elle utilise pour ce faire l’esprit, qui lui va créer puis organiser l’expérience. On peut dire que le mariage de l’âme et de l’esprit crée véritablement le corps, tous les corps, et toutes les expériences.

 

Dans cette description nous pouvons dire que l’âme représente le principe féminin, le tout, la base de tout, et que l’esprit représente le principe masculin, créateur, qui, marié au tout, créera un nouveau corps. Dès lors chaque humain, comme toute créature, est le fruit du mariage de deux principes, de deux énergies avec des polarités différentes. Le corps humain est, comme tous les corps, la densification de ces deux principes, visible au niveau matériel.

 

Chaque individu sera donc une individualisation d’une âme et d’un esprit, nous sommes donc tous des âmes et esprits individualisés dans des individus. Si nous voulons faire un jeu de mots, nous sommes également des personnes, donc personne, seulement l’un des multiples reflets de l’âme et de l’esprit fusionnés.

 

Néanmoins notre mission est capitale, car sans nous, sans notre individualité, l’âme n’a aucune chance de connaître l’expérience qu’elle désire faire via notre personne dans ce plan physique et matériel. Nous sommes donc à la fois personne, seulement un reflet de l’âme, et tout, car sans reflet l’âme ne peut pas se voir et s’expérimenter en tant que nous.

 

Par analogie nous pourrons dire la même chose au niveau de l’esprit. Car pour se connaître et se reconnaître en tant qu’énergie créatrice, l’esprit, le principe masculin, aura besoin d’avoir un champ d’action et de réaction qu’il crée ici bas via notre esprit individualisé, qui est le sien aussi.

 

Une autre explication peut être donnée au niveau du corps humain et du corps divin.

Le corps dense, matériel, physique représentant le corps humain, l’enveloppe, le contenant.

Le corps fin, subtil et invisible représentant le corps divin, le contenu, la vie qui meut et profile le corps qu’il a créé et qu’il crée en permanence via un merveilleux processus que nous expliquons plus tard dans cet ouvrage.

 

 


Chapitre 2   Qui nous sommes et comment nous créons

 

Tout est esprit

 

Comme expliqué auparavant l’esprit fait aussi partie de l’humain. Ou plus justement l’humain fait aussi partie de l’esprit, nous sommes donc aussi esprit, car tout est esprit.

 

Car dès lors que nous sommes, nous sommes aussi tout l’univers. Car l’esprit est illimité, indivisible.

 

C’est sa perception qui peut être divisée. Lui-même est et reste toujours un. Nous ne pouvons être ainsi partie limitée de l’illimité, notre perception, elle, oui.

 

C’est ainsi que nos cinq sens ont été créés, pour nous permettre de percevoir une partie de la grandiose création de l’esprit, le nôtre donc. L’illusion est parfaite au niveau des cinq sens.

 

Ainsi :

 

Si nous pensons être un humain qui doit travailler pour gagner sa vie, nous créons un humain qui doit travailler pour gagner sa vie.

 

Si nous pensons être un humain qui va être champion du monde de tennis, nous créons un humain qui va être champion du monde de tennis.

 

Si nous pensons être plus qu’un humain, nous créons ce plus. Nous accédons alors à nos autres sens et commençons à les utiliser consciemment.

 

C’est le véritable challenge, de savoir, de penser que nous sommes plus que des humains. Il faut pour cela essayer et pour essayer il faut sortir du bruit, surtout mental, et de notre course physique quasi perpétuelle.

 

Ce processus est valable pour tous les humains, partout et toujours.

 

Cela semble simple. Mais cela devient en réalité extrêmement complexe car le processus de création est constant.

 

L’esprit crée sans cesse, dès lors la moindre pensée crée, car elle-même fait aussi partie de l’esprit. Comme nous pouvons penser à une multitude de choses nous créons réellement une multitude de choses. En particulier ce qui peut nous ralentir ou nous empêcher de devenir, d’être exactement comme notre première pensée. Car celle-ci aura pu facilement évoluer et donc modifier le résultat qui est la combinaison de l’esprit en développement permanent.

 

En effet nous changeons souvent d’avis et de pensée, dès lors cela a un effet sur toute manifestation, surtout de qui nous pensons être. Néanmoins notre identité, humaine, reste le plus souvent bien ancrée, ce qui nous recrée de jour en jour de manière assez similaire.

 

De nouvelles pratiques vont amener de nouvelles pensées, ce qui aura pour effet de nous recréer de manière différente. Tel l’athlète qui modèle son corps physique jour après jour, un travail journalier sur l’esprit, par exemple par la méditation, modèlera une nouvelle perception de soi et nous changera d’abord au niveau de nos corps énergétiques subtils.

 

Car nous créons des corps différents selon nos modèles de pensées. Au fur et à mesure de notre création, ceux-ci modifient le corps dont nous avons le plus conscience et le développent en conséquence.

 

Ainsi, tel un athlète développe ses muscles et peut ainsi soulever des poids bien plus lourds, nous pouvons développer d’autres facultés innées. Par exemple l’intuition, la clairvoyance, l’omniscience. Nous nous rappelons dès lors toujours plus à notre moi supérieur, divin.

 

Suivant ce court développement nous pouvons conclure que nous avons, nous les humains, absolument tous les pouvoirs. Notamment de créer, d’expérimenter, de vivre, de faire, de défaire, de mourir, de renaître, tout et sans limites. Pas dans le contexte de la matière uniquement, mais bien dans un contexte général, dans toutes les matières, non-manifestées et manifestées.

 

L’auteur se plait à noter qu’au niveau de la matière physique, il faut soit créer des cellules et les nourrir pour qu’elles grandissent, soit condenser des atomes et molécules afin de créer des corps « inertes ». Dans un cas comme dans l’autre la vie sera présente, simplement l’esprit possède une fréquence plus élevée à l’intérieur d’une cellule vivante, qui se développe avec sa propre conscience, que dans une matière dite inerte. Nous parlons toujours du même esprit, dans une même âme, seulement avec une fréquence, un mouvement différent.

 

Ainsi plus la fréquence et le mouvement seront élevés, plus l’esprit sera libre et plus les capacités de changement et de développement seront offertes. Par exemple une plante peut plus se développer qu’un cailloux, et un animal pourra mieux bouger qu’une plante.

 

Dans tous les cas nous parlons d’un même esprit dans une même âme mais faisant une expérience différente, avec des perceptions locales donc différentes. Les restrictions ne seront qu’apparentes au niveau local, elles seront volontaires au niveau de la perception uniquement mais disparaîtront au niveau global, au niveau des plans supérieurs.

 

Au niveau visuel les corps manifestés les plus élevés sont ainsi les étoiles. L’énergie est telle qu’elle dégage en permanence lumière, chaleur et mouvement. L’esprit est tout aussi présent dans un caillou, simplement il vibre à une fréquence plus basse.

 

C’est ce qui se passe avec les humains. Une personne rayonnante sera pleine de vie et donc à une fréquence plus élevée. Nous pouvons dire au niveau de la fréquence énergétique que notre manifestation en tant qu’humain est quelque part à mi chemin entre un cailloux et une étoile. Nous avons donc toujours de l’énergie, mais exprimée sous une autre forme.

 

En finalité tout est esprit. C’est le mouvement d’une partie de l’esprit, par exemple ce que l’on connaît au niveau physique en tant qu’ondes ou de particules, qui va créer l’énergie, subtile ou dense.

 

En finalité en modulant nous obtenons tous les corps. Maîtriser l’énergie correspond à maîtriser la modulation de la création de tous les corps. C’est en réalité ce que nous faisons toute la journée, mais le plus souvent inconsciemment.

 

La vie

 

Qu’est-ce qui différencie une matière « inerte » d’une matière « vivante » ? C’est ce que nous appelons la vie. Et qu’est-ce que nous appelons la vie ? C’est avant tout ce qui peut se développer de soi-même, créer des nouvelles cellules par exemple.

 

Ainsi si nous n’arrivons pas à mesurer le développement, nous dirons qu’une matière est inerte, qu’elle n’est pas vivante. Donc pour la perception humaine un corps vit du moment que celui-ci développe de nouvelles cellules et que nous arrivons à mesurer ce développement.

 

Que se passe-t-il  lorsque nous nous reposons ? Le corps vit, il fonctionne de manière végétative diront certains. Du moment que nous pouvons mesurer le mouvement, par exemple les battements cardiaques, nous dirons que le corps vit. Ainsi du moment qu’on peut mesurer un mouvement interne d’un corps nous dirons qu’il vit aussi.

 

Mais nous avons vu que, selon la perception de l’auteur, tout est esprit, car tout corps et donc toute nouvelle cellule est créée par l’esprit dans l’âme. Ainsi la vie est aussi une expression de l’esprit. On peut dire la volonté de se développer, de créer, de condenser, de bouger la matière. Car la vie cherche toujours à se développer et à croître.

 

De percevoir l’esprit nous permet de percevoir la matière et aussi la vie. De contrôler notre esprit permet de contrôler notre vie. De commencer par observer nos sentiments, pensées, paroles et actions, puis tout ce qui se passe, nous fait prendre conscience de qui nous sommes. C’est la perception de cet esprit que nous offre notre conscience.

 

Nos pouvoirs et leurs impacts

 

Etant pur esprit nous avons toujours été et nous serons toujours. Nous ne pouvons ni naître ni mourir. Notre corps physique, notre création, le peut. Le corps se transforme selon les choix et désirs de l’esprit afin de connaître et de vivre les expériences désirées par lui. Tout est esprit. Dès lors il est impossible, au niveau de cet état d’être, de perdre quelque chose ou quelqu’un. C’est seulement une question de perspective, nous pouvons la changer quand nous voulons, si nous le voulons.

 

Voyons cela par étapes.

 

Une petite démonstration des effets aux actions que nous produisons au niveau physique: on peut dans son bain générer un vaguelette que nous pourrons suivre des yeux, voir partir, toucher le bord de la baignoire, et revenir. Le même phénomène se passera dans une piscine, même si notre vue aura plus de difficulté à le voir. Toujours de la même manière nous pourrons faire une vague dans l’océan qui impactera, de manière imperceptible en ce qui concerne nos sens, le mouvement de tout l’océan.

 

Maintenant imaginez que vous ayez la conscience de l’océan, vous serez à même de connaître et sentir le déploiement de la vague dans tout vôtre être.

 

Un autre exemple au même niveau physique est la capacité de construire de magnifiques œuvres qui raviront le cœur par leur beauté, l’esprit par leur complexité et le corps par leur utilité. Notamment des édifices grandioses ou des merveilles de technologies comme les ordinateurs, fusées et autres structures matérielles complexes. Ici nous arrivons à mieux voir nos pouvoirs et compétences.

 

En allant plus loin dans nos facultés, nous pouvons par exemple remarquer notre compétence à soigner et aider d’autres êtres. Nous pouvons voir et comprendre des difficultés et les résoudre. Ce peut être au niveau physique, émotionnel ou psychique notamment.

 

Ainsi nos capacités et notre conscience va en s’affinant au fur et à mesure que nous utilisons d’autres énergies que celles du corps physique. Notre faculté d’avoir et de percevoir des émotions utilise une énergie plus subtile que celle des os par exemple.

 

De monter ainsi juste au niveau subtil sensoriel, nous impactons bien plus loin tout notre environnement. Prenons l’exemple au niveau d’un cri, de crier dans le calme va faire fuir tous les animaux à proximité. Ou alors de crier au sommet d’une montagne va répercuter notre cri et le retourner en écho dans un espace immense. Ainsi de passer d’une action locale physique à un cri multipliera notre rayon d’action de mètres à kilomètres. Nous multiplions par 1000 notre volume d’être peut-on dire. La densité du corps sera elle ainsi bien réduite, mais en réalité une énergie subtile aura bel et bien été transmise.

 

Une quantité impressionnante d’êtres vivant peuvent être ainsi impactés.

 

Nous pouvons nous étendre et considérer les émanations d’une émotion, elle est si subtile qu’elle va sans aucun doute impacter une multitude d’êtres.

 

De même en ce qui concerne nos pensées, jusqu’où vont-elles, qui ou quoi n’est-il pas touché consciemment ou inconsciemment ? La densité matérielle étant infiniment réduite, sa portée, énergétique, ira au delà de notre imagination.

 

En comparaison, la portée des ondes radio que nous utilisons actuellement peuvent être captées, par des appareils appropriés, sur des millions de kilomètres, depuis nos satellites notamment.

 

Par analogies nos corps subtils peuvent, aisément, être opérationnels à de telles distances et bien au-delà. Même si nos 5 sens n’en sont pas conscients.

 

Il est aujourd’hui impossible de mesurer et quantifier l’impact de nos corps énergétiques subtils sur cette terre et dans tout l’univers. Ce qui est sûr c’est que l’impact est bien réel et pratique et que notre vie sur terre, matérielle notamment, y est directement liée.

 

Ainsi nous sommes liés à tout l’univers, sur tous les plans, aussi bien physique que spirituel notamment.

 

Dans ce contexte imaginez encore la puissance d’un groupe de personnes, de leurs pensées, de leurs prières, de leurs craintes. Imaginez l’énergie subtile produite par dix personnes, mille ou un millions. Que se passe-t-il dès lors quand au même moment, des terribles informations sont transmises à des millions de personnes ? Que penser de l’effet, dévastateur, que l’énergie alors produite peut générer ? Car ce que nous appelons des catastrophes naturelles peuvent tout aussi bien êtres initiées par les énergies créés et condensées par une multitude de personnes.

 

L’auteur propose ici une prise de conscience à chacun quant à ce qu’il accepte de réceptionner, de multiplier et de recréer. Chacun a le choix et il vaut la peiner de penser, de repenser à ce que nous pouvons faire, refaire ou défaire. Nous avons une compréhension, une conscience, autant les utiliser pour notre bien-être, bien-être que nous pouvons alors nourrir et transmettre en nous et autour de nous.

 

Ainsi une véritable nouvelle vague de conscience et de bien-être construite par toute une population de personnes est en création et en développement. Des idées et des pensées nouvelles créent et nourrissent ce à quoi nous aspirons. Sans limites aucunes sinon celles que nous leurs donnons.

 

Nos différents corps

 

L’humain est ainsi non seulement constitué d’un merveilleux corps physique, il est constitué d’autre corps subtils tout aussi réels.

 

Ces autres corps, que nous appelons dans ce livre le plus souvent les corps subtils ou corps énergétiques, sont tout aussi vivants que nos cellules et organes. Ils sont simplement invisibles à nos cinq sens. Et dès lors que nos cinq sens physiques nous ramènent toujours au corps et au niveau physique, il est utile de rappeler les fonctions vitales et pratiques de ces corps subtils

 

Un exemple simple est la parole, le son. Celui-ci va sortir de notre corps et pourra parcourir une grande distance. Même si notre sens auditif ne pourra plus l’entendre après quelques dizaines de mètres un animal lui pourra la percevoir bien plus loin, preuve que son effet est efficace au delà des limitations de notre ouïe.

 

Un autre exemple est la vue. Nous pourrons voir, pour autant que la lumière nous l’apporte, à des millions de kilomètres la lune ou le soleil par exemple. Preuve que de passer d’un sens à un autre, plus subtil, multiplie la portée. Nous passerons ainsi du sens du toucher, le plus dense au niveau matériel et qui nécessite le contact, au sens de la vue bien plus subtil qui fonctionne très bien sans un contact matériel pensera-t-on.

 

En fait nous restons, au niveau de nos sens physiques, toujours dans l’illusion. Dans l’exemple du toucher nous savons que le contact physique est direct. Par contre au niveau de la vue nous pensons voir à des centaines de mètre ou des kilomètres alors qu’à nouveau nous ne faisons que percevoir la lumière qui a touché notre rétine. De même pour l’odeur ou pour le son, ce n’est que ce qui touche notre corps physique qui est ressenti. Car même si la source de l’odeur ou du son est distante, celui-ci n’est perçu qu’après avoir touché notre organe, c’est du moins ainsi que nos sens nous font percevoir le monde.

 

L’approche que propose l’auteur est spirituelle. Comme tout est esprit, nous sommes esprit, tout ce qui se passe est esprit et nous y somme directement liés et impliqués. Dans ce sens nos sens nous mettent en erreur en nous réfèrent à une perception physique locale. En réalité nous sommes tout autant dans l’émetteur que dans le récepteur. Hors du corps physique humain et en dedans aussi. Nos 5 sens physiques étant eux liés au corps physique nous nous référons et rappelons à celui-ci, alors qu’en développant nos autres sens nous ressentons et comprenons que nous sommes tout autant en dehors de notre corps physique, même bien plus, qu’à l’intérieur de celui-ci.

 

Etant liés à l’esprit, étant l’esprit, nous sommes dans tout et partout, et alors que nos sens physiques sont eux limités au corps, ils perçoivent ce qu’ils reçoivent, c’est leur fonction.

 

Un humain est plus qu’un corps physique, mais notre perception fait que nous nous identifions beaucoup à ce corps dense. Nous le prenons aisément comme identité principale, en particulier à cause de nos 5 sens qui nous ramènent à lui en quasi permanence. 

 

Le subterfuge est rompu en développant nos autres sens subtils, nos autres corps énergétiques. Nous commençons alors à ressentir tout corps comme étant partie de nous-même, c’est alors le début d’un grand chambardement, de l’illumination.

 

Ainsi lorsque nous voyons le soleil nous commençons à ressentir le soleil au delà de sa lumière et de sa chaleur et savons qu’il est aussi nous. C’est notre vue qui nous fait croire qu’il est séparé de nous, de notre corps humain et physique, oui, mais pas de nos autres corps bien plus vastes et en particulier de notre esprit qui englobe tout.

 

Ce qui est vrai pour le soleil le sera bien sûr aussi pour une plante, un animal, un autre corps humain, mais aussi un verre, une table, une montagne, une glace, etc. Sans limitation aucune.

 

D’en prendre conscience n’est qu’une question de temps.

 

Au départ on se sent proche d’une personne, d’un animal, d’un objet par exemple. Avec notre développement, le développement de nos corps subtils, nous reconnaissons peu à peu tout comme étant partie de son esprit, donc de soi.

 

Par exemple, la pensée n’est pas une fonction du cerveau, mais bien une fonction de chaque être vivant, de chaque cellule notamment, qui est vivante et cherche à se développer. Ainsi tout notre corps physique notamment vit et envoie ses sensations, après mémorisation,  au cerveau pour transformation. Le cerveau alors assure la récolte et aussi l’envoi à notre corps subtil supérieur, en dehors du corps humain, non incarné mais tout autant vivant dans l’esprit. Si vous voulez représenter cela vous pouvez le comparer à un nuage subtil qui flotte dans l’espace. Il est tout aussi réel qu’un nuage de condensation d’eau. La différence principale est dans la densité beaucoup plus fine qui ne permet pas de le voir. Les transferts énergétiques à nos corps subtils supérieurs passent principalement par le chakra couronne en dessus de la tête.

 

Ainsi alors que nous pensons que nos pensées se limitent au corps humain, c’est la perception des signaux de nos cinq sens qui eux se limitent au corps humain. Mais ce ne sont de loin pas nos pensées, ce sont les récepteurs de nos pensées, ceux qui communiquent l’expérience choisie et/ou ressentie et vécue par notre corps physique et ses cinq sens. Nous développerons cela tout à l’heure.

 

Hormis la parole, l’émetteur principal sera l’action, ou plutôt la réaction faut-il préciser. Ce sont finalement nos actions qui expriment la volonté de l’esprit afin que nos sens puissent en capter le vécu. C’est ce processus qui nous modèle ainsi que tout l’univers.

 

Nous sommes venus sur terre pour transformer et pour expérimenter. L’humain est en effet le seul capable de percevoir puis d’autant modifier son environnement pour le bien commun et donc pour son propre bien aussi. Même si plusieurs générations l’auront oublié, c’est pour cela que nous nous sommes sur terre.

 

En fait l’esprit crée le corps, tous les corps, pour transformer et vivre des expériences, toujours utiles à tous. Nous faisons, nous essayons du moins, de faire la même chose à notre niveau dans notre vie terrestre. C’est inné.

 

Aucun appareil ne permet aujourd’hui de mesurer l’expansion de la pensée, mais il est certain que celle-ci ne se limite pas au corps humain et particulièrement de loin pas au cerveau. La limite des pensées ne peut ainsi pas être définie, elles sont donc indéfinies et ainsi illimitées dans notre notion d’espace. Les signaux qui seront captés par nos appareils les plus performants seront simplement les signaux du câblage interne physique du corps humain. Il nous manque tous les appareils de mesure pour les entrées/sorties du corps humain au niveau subtil, de la pensée notamment. Telle notre température qui peut être mesurée à l’extérieur du corps, nos corps subtils rayonnent de partout. L’aura est un des exemples.

 

De même il n’existe encore aucun appareil pour mesurer l’échange des informations vécues et mémorisées par nos cellules avec nos corps supérieurs. La science actuelle s’est concentrée sur la mécanique et la chimie biologique de notre physique.

 

Il y a de multiples autres exemples : où commence et fini la volonté, l’intelligence, la sagesse, etc. ? On peut continuer en parlant de nos émotions, de l’amour et de tout ce qui est immatériel mais dont les effets sont aussi matériels. Nous remarquons que la technologie humaine à disposition devient complètement dépassée car elle se limite à ce qui se passe dans le corps physique alors que celui-ci est finalement une infime partie de qui nous sommes vraiment. C’est un magnifique transformateur-émetteur-récepteur d’expériences et il est judicieux de ne plus le voir comme notre seule et surtout principale identité. Il est seulement la pointe de l’iceberg.

 

Ainsi nous devons admettre que nos corps énergétiques et les énergies qu’ils produisent et qu’ils captent ne se limitent de loin pas à des réactions chimiques où nerveuses dans des canaux à l’intérieur de notre corps physique, mais qu’ils impactent et sont impactés par tout notre environnement par une transmission et des échanges bien plus subtils. Car même si nos cinq sens ramènent toujours notre attention et notre conscience au niveau du plan physique et matériel, nous ne sommes de loin pas limités à celui-ci. Les causes sont ailleurs, principalement à l’extérieur, et les effets sont bien plus conséquents que nous ne pouvons l’imaginer.

 

Car pour sentir il faut pouvoir percevoir, recevoir, nous sommes donc avant tout des récepteurs. Mais nous sommes clairement aussi des émetteurs car nous envoyons, consciemment et inconsciemment, de multiples messages et signaux à tout notre environnement. A nos corps subtils supérieurs aussi, finalement à l’esprit, que nous sommes en finalité. L’esprit dès lors peut connaître, reconnaître l’expérience, dans son ensemble, ce que ne peuvent absolument pas nos cinq sens. Fort de cette information l’esprit va créer ce dont il a besoin pour la prochaine expérience. Le corps humain est ainsi l’outil, très performant, d’un esprit illimité qui crée en permanence tout ce dont il a besoin. Il crée ainsi en particulier des corps limités, pour le bien de tous les corps, pour la transformation et pour l’équilibre commun, car étant tout il considère tout.

 

Ainsi nous avons des corps subtils illimités qui vivent non pas exclusivement dedans un corps physique mais avec un corps physique limité. Ainsi notre enveloppe charnelle n’est qu’une de nos multiples enveloppes, la seule que nous rappelle les cinq sens. Il serait dès lors plus judicieux de nous voir comme étant la matrice de ce corps, de tous les corps, une entité géante extérieure, un immense moule, avec bien d’autres sens à disposition, plutôt que de nous percevoir surtout comme un seul corps physique personnel.

 

L’exercice ici étant alors de passer de la merveilleuse marionnette, commandée depuis l’extérieur, à la commande extérieure qui utilise aussi la merveilleuse marionnette pour jouer son merveilleux scénario. Cette nouvelle vue et perception transforment notre compréhension.

 

L’acteur et l’auteur

 

Nous sommes l’acteur principal de notre vie. Cela on le sait. Mais il faut aussi savoir que nous sommes aussi l’auteur principal de notre vie, le créateur principal de celle-ci. Lorsque nous jouons nous sommes dans l’action et dans la réaction, lorsque nous écrivons notre vie nous sommes dans la création.

 

Ainsi si nous aimons tellement aller au cinéma c’est parce que nous sommes des vrais acteurs professionnels qui pratiquent chaque jour sans le savoir consciemment. Car tel l’écran reçoit le film projeté, telle la matière, notre corps physique notamment, est une condensation d’énergie et fait office d’écran. Nous verrons cette densification un peu plus loin. Arrêtons nous un instant au niveau de l’exemple du cinéma.

 

Lorsque nous allons voir un film, notre attention et nos sens sont totalement pris par ce que nous voyons sur l’écran. Nous sommes totalement dans l’action du film. Nos sensations, nos émotions sont directement liées à ce qui se passe sur l’écran. Nous rions, pleurons, avons peur, avons de la compassion, de l’amour, etc. en fonction des images et des sons projetés.

 

Mais que se passe-t-il au cinéma si le projecteur ne fonctionne plus ? Le film disparaîtra de l’écran. Ainsi nos sens nous amènent à un effet qui provient de l’écran, et non à la cause, la projection du film dans ce cas.

 

Mais nous pouvons allez bien plus loin. En effet avant que le film ne soit projeté, il a du être écrit puis réalisé. Dès lors aucun film n’existe sans l’acteur que l’on regarde sur l’écran, c’est clair, mais l’acteur n’a aucun rôle sans l’auteur qui le créé. Ainsi le film qui nous donne tant de sensations, de réactions, à cet instant peut avoir été écrit et réalisé il y a des années, des décennies ou mêmes bien plus !

 

Ce qui est fondamental ici à savoir c’est que l’auteur de notre vie c’est aussi nous-même. Par nos pensées, puis par nos choix. Nous sommes tout autant le réalisateur. Lorsque une action suit notre pensée nous faisons le lien, par contre lorsque l’action arrive bien plus tard il est alors bien possible que nous ne fassions plus le lien avec notre pensée. Alors qu’en réalité il n’y a eut qu’un délai entre notre rôle d’auteur, de penseur, et d’acteur.

 

Notre rôle d’acteur est majoritairement conscient, par contre notre rôle d’auteur, lui, est malheureusement majoritairement inconscient. C’est cela qu’il faut changer si nous voulons véritablement prendre notre vie en main, devenir le créateur conscient des rôles que nous choisissons dans la vie.

 

Pensez à ce que vous pensez ou tout au moins observez celles-ci ainsi que vos sentiments et vous saurez ce qui va vous arriver car ce n’est rien d’autre que ce que vous aurez créé et co-créé.


La suite à lire dans le livre… 

Vous pouvez d’ores et déjà le commander en nous envoyant un email: contact@sunecom.org